Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2020

Parution : Les anciennes forêts d'Ardèche Quelle Histoire ?

2020-10-15-livre-forets-ardeche.png

Associer un forestier - dont les ancêtres ont façonné des forêts du Vivarais/Ardèche depuis le XVIIe siècle - et un jeune photographe qui sait nous faire admirer la beauté de l’écosystème boisé permet de mieux comprendre ce que le présent de quelques peuplements ardéchois doit au passé. Ils sont des écosystèmes de luxe quand ils ne sont pas trop simplifiés, toujours riches d’une histoire dans laquelle l’homme joue le rôle principal. Pour en éroder la biodiversité souvent, puis tenter de la reconstruire ou de la maintenir avec passion et… patience.

Dans le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, la place de la forêt justifiait ce double regard. Pour que, désormais, le nôtre voit nos forêts un peu différemment, riches de patrimoines dans lesquels le vivant d’aujourd’hui et l’histoire d’autrefois sont indissociables. Protégeons-les et sachons les gérer avec soin et prudence, elles ne vivent pas au même rythme que nous.

 

Cet ouvrage est riche de très nombreux documents inédits, révélant le regard et les pratiques des forestiers du XVII au XXIe siècle. Il nous fait suivre le stupéfiant (et inconnu) « chemin du roi » réalisé pour le transport des gigantesques sapins du haut Vivarais prévus pour devenir des mâts pour la Marine royale ; il nous inquiète de la menace invisible que les pollens d’essences exotiques font peser sur de belles originalités génétiques d’arbres ardéchois. Les anciens taillis (de hêtre) sous futaie (de sapin), les siècles de pâturage marquent toujours les paysages forestiers actuels. Il faut savoir les lire.

Auteur : Michel Bartoli  -  Photographe : Simon Bugnon.

 

Un livre de 176 pages au format 25 cm x 23 cm, ISBN : 978-2-916109-88-6, 24,50€.

Chez votre libraire ou sur le site : http://septeditions.com/crbst_65.html.

Écrire un commentaire