Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2017

La continuité écologique en question, rivière Chassezac, Ardèche

L’association des propriétaires riverains du Chassezac conteste le projet d’application de la « Loi de continuité écologique ». Cette loi dite de continuité écologique impose de modifier ou de détruire des ouvrages existants sur les rivières. L’idée est de redonner aux cours d’eau un caractère sauvage qu’ils auraient perdu. Aux pays des Vans, l’application de cette mesure entraine la destruction ou une modification importante de quatre digues, celle du Plot, du Ganivey, de Vompdes et de Gravières. Contre une application « aveugle » de cette loi, et pour prendre en compte les spécificités locales, l’association demande une application de bon sens de la Loi, à savoir une dérogation préfectorale.

Site Internet pour en savoir plus et lire les arguments de cette association.
La vocation de l’association des propriétaires riverains du Chassezac est de fédérer les propriétaires riverains des 85 kilomètres de notre rivière. Attaché au territoire, l’association souhaite en préserver le patrimoine et le cadre de vie.

Pour en savoir plus : Concilier la continuité écologique des cours d'eau avec la préservation des moulins patrimoniaux, la très petite hydroélectricité et les autres usages. Pour un développement durable et partagé Rapport de synthèse et propositions. Rapport n° 008036-03 établi par Alain Brandieis (coordonnateur) et Dominique Michel. Décembre 2016 - CGEDD.

Contact : aprc.chassezac07@gmail.com et site Internet.

11:40 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Je suis contre la destruction des digues du Chassezac. Il me semble qu'il y a moyen de réfléchir sur un compromis (techniquement réalisable) qui satisfasse les riverains et les partisans de la ''continuité écologique''. Détruire les digues portera atteinte au paysage et au niveau de la rivière, notamment en été.

Écrit par : christian.lhomme | 11/07/2017

Il serait judicieux que ce monsieur (M christian Lhomme) ce présente et argumente au sujet de son affirmation.

Par ailleurs, le terme "compromis" est parfois proche de la "compromission".

Ce sont des gens comme cela qui mettent en danger La République, car commencer à établir des dérogations à la loi, c'est défaire la loi. La rendre inopérante alors quelle a une vertu salutaire.

Prenez l'exemple de la loi littoral. Combien de particuliers souhaitent la voir disparaître cette loi littoral, et tout ça pour un usage privé et des intérêts cachés!
Merci

Écrit par : dog | 16/07/2017

Les commentaires sont fermés.